8 Expériences SEO qui changeront le cours de votre vie de référenceur (ou pas)

Hello les gens,

Je vais vous parler ici d’un article de Seosherpa que j’ai trouvé vraiment intéressant : il présente 16 expériences SEO dont les résultats valent la peine d’être mentionnés.

Comme il est en anglais, j’ai eu envie de vous en proposer une adaptation française.

Bon, c’est vraiment long, donc je ne présenterai ici que les 8 premières expériences. Les 8 autres feront l’objet d’un autre article 😉

Bonne lecture !

Il s’agit d’un article de la catégorie référencement SEO & visibilité web

 

expérience seo

Quelques expériences en SEO, ça vous tente ?

 

Si vous êtes à l’aise en anglais, je vous conseille bien sûr d’aller lire la version originale, rédigée par James Reynods ici : http://seosherpa.com/seo-experiments/

 

Pour commencer, l’idée de l’article est d’essayer de décrypter ce qui fonctionne ou non en référencement naturel, et de déterminer ce qui est mythe de ce qui ne l’est pas.

Rappelez-vous du mythe des 200 facteurs de ranking de Google et du flou artistique qui plane autour… l’idée ici est de fournir 16 différentes expérimentations et, en fonction des résultats obtenus, d’en tirer des conclusions.

C’est simple, c’est factuel : ça mérite de s’y attarder quelques instants.

Allons-y donc !

 

Les 8 expériences présentées ici :

 

 

1- Le CTR influe sur le ranking

CTR = Click Through Rate pour ceux qui se posent la question.

L’argument avancé est le suivant : un site avec un meilleur CTR va envoyer un signal fort à Google en terme de pertinence, ce qui le fera monter dans les SERPs (un phénomène qui s’apparente à celui du Quality Score des annonces dans Adwords).

Pour essayer de mettre tout le monde d’accord, Rand Fishkin a choisi de réaliser les tests suivants :

 

Test 1 sur un volume élevé de recherches et de clics

Le scénario :

  • On demande à un groupe de personnes d’effectuer une recherche spécifique sur Google
  • On leur demande ensuite de cliquer sur un résultat en particulier,
  • On regarde ensuite si l’augmentation de clics influence le positionnement sur la requête

Rand a fait suivre ce test à ses 300K followers sur Twitter. Il estime qu’environ 175-250 personnes ont réalisé le scénario tel que demandé.

 

Le résultat ne s’est pas fait attendre :

test1 sur le CTR - SEO

Résultat du test 1 sur le CTR : la page monte en position 1

 

La page cliquée est donc montée dans la position 7 à la position 1. Dans ce cas bien précis, cela montre déjà bien que le CTR influe sur le positionnement.

S’en sont suivis différents tests complémentaires, afin de valider cette notion. Malheureusement, les résultats n’ont pas été aussi concluants :

 

autres test1 ctr seo

Des résultats moins concluants cette fois

 

Rand s’est demandé si les critères de Google n’avaient pas légèrement évolué, suite à l’annonce qu’il avait faite sur le sujet. Il a donc choisi d’effectuer encore de nouveaux tests.

 

Test 2 sur un volume élevé de recherches et de clics

Cette fois, Rand a fait suivre un document à ses followers dans lequel plusieurs instructions étaient indiquées : googler “the buzzy pain distraction” puis cliquer sur le résultat correspondant au site sciencebasedmedicine.org.

Voici la SERP avant le début du test :

avant le début du test2 sur le CTR

La SERP avant le début du test : le site rankait en position 10 sur cette requête

 

3 heures après le tweet de Rand, environ 375 participants avaient cliqué sur le résultat.

L’effet fut fulgurant : sciencebasedmedicine.org est passé de la position 10à la position 1 sur Google sur cette requête.

 

test2 ctr seo

Le site est passé en 1ère position sur Google

 

Donc, il semble qu’un volume important de clics sur une requête a un impact sur le ranking.

Il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles Google pourrait interpréter le CTR comme un signal de ranking (les autres signaux comme le contenu et les liens mis à part).

Pour en savoir plus là-dessus, n’hésitez pas à regarder la vidéo du whiteboard Friday de Rand Fishkin.

 

Comment l’exploiter ?

Le CTR a donc très certainement un impact sur le ranking. Mais comment exploiter cela ?

4 actions sont suggérées :

  • Optimisez votre CTR en optimisant vos titles et meta descriptions afin de d’inciter au clic
  • Insistez sur votre image de marque (une marque reconnue et dans laquelle les gens auront confiance incitera au clic)
  • Gardez les visiteurs sur votre site : si les visiteurs repartent ausssitôt, le bénéfice du CTR sera perdu.
  • Ayez une tactique sincère et pérenne : une augmentation subite non justifiée du CTR ne durera pas sur du long-terme

 

2- Le Mobilegeddon a eu un effet énorme

Le Mobilgeddon – le fameux update mobile-friendly mis en place par Google le 21 avril 2015 – était censé favoriser les sites mobiles friendly dans les SERP. Et faire chuter ceux qui ne l’étaient pas dans les recherches sur mobiles.

Il s’en est suivi une légère panique dans le milieu du Web à ce moment-là, rappelez-vous.

Or, contrairement à ce à quoi on s’attendait, il semble qu’il ne se soit pas passé grand-chose au final (pas de changements drastiques du ranking).

Et pourtant, Stone Temple a produit une étude sur le top 10 des résultats sur 15 235 recherches avant et après le mobilgeddon. Ils ont recensé les mouvements en regardant si les sites étaient mobile friendly ou non :

 

mobile friendly résultats

les pages non mobile-friendly ont chuté dramatiquement dans les SERP

 

50% des pages non mobile-friendly ont chuté dans les SERPs.

Mais alors, pourquoi personne n’a-t-il rien vu ?

 

Probablement parce que l’update a été mis en place lentement (les mouvements ne sont pas apparus nettement), et probablement également à cause d’un update qualité pendant la même période, faussant les pistes.

Donc, en résumé :

  • Oui, le Mobilegeddon portait bien son nom
  • Si vous n’êtes pas passé au mobile, qu’attendez-vous ?

 

3- Les backlinks continuent d’agir après avoir été ôtés

L’idée c’est que Google va continuer à prendre en compte les liens vers votre site – qu’ils soient de bonne ou de mauvaise qualité – même après que ces liens aient disparu.

On parle d’ « écho de lien » ou de « lien fantôme ».

Ce qui va être testé ici, c’est si un site qui monte dans les SERPs suite à l’ajout d’un lien continue toujours de ranker lorsque l’on retire ce lien.

 

L’effet écho d’un lien

Pour réaliser ce test, on prend 2 sites web, le site A et le site B.

Avant le test, ils rankent sur un même mot-clé (peu compétitif) :

  • en position 31 pour le site A
  • en position 11 pour le site B

Au cours du test, 22 liens vont aller pointer depuis des pages variées en direction des 2 sites A et B. Après avoir reçu 22 liens chacun, voici ce qu’il advient des sites A et B :

  • A est passé de la position 31 à la position 1 (+30 places)
  • B est passé de la position 11 à la position 5 (+6 places)

On a ensuite retiré les liens des 22 sites et que s’est-il passé ?

Pas grand-chose :

  • A est resté à la position 1
  • B a doucement perdu 1 place pour arriver en position 6

 

échos des liens

Liens fantômes : le ranking subsiste après que les liens ont disparu

 

Il apparaît donc qu’une partie du lien – probablement grande – perdure même lorsque le lien est supprimé.

 

Mais le plus remarquable là-dedans – et Rand Fishkin le confirme haut et fort – c’est que l’effet de ces liens fantômes a perduré plusieurs mois après qu’ils aient été retirés.

 

effet liens fantômes

Plusieurs mois après, les sites rankent toujours plus qu’au début du test

 

De plus, Rand ajoute que, quel que soit le test, les sites ne sont jamais retournés à leur position initiale :

“Not in one single test when the links were removed did rankings drop back to their original position”

 

D’où ces 2 conseils :

  • Un bon lien vaut son pesant d’or (un genre d’investissement solide) car l’écho de ce vote favorable perdure longtemps
  • La valeur des liens perdure assez longtemps donc attention si vous êtes tentés d’en acquérir des faciles / rapides / non légitimes 😉

 

4- On peut ranker avec du Duplicate Content (même sur des mots-clés compétitifs)

Je vous vois d’ici lever un sourcil ^^  Donc, oui, c’est possible, mais ça peut être assez temporaire.

Donc d’abord la théorie : pour 2 contenus identiques, Google va faire ranker en priorité le plus gros PageRank (celui qui a la plus forte popularité).

Google va aussi forwarder tous les liens perçus comme « dupliqués » vers le contenu considéré comme ayant autorité à ranker :

ranker avec du duplicate

1 site a très forte popularité copie votre contenu : il prend aussi les liens ?

 

La raison évoquée est la suivante : à moins qu’il n’y ait une raison solide à cela, plusieurs versions d’un même contenu ne devraient pas exister en ligne.

Donc si vous créez du contenu unique et à forte valeur ajoutée (qui va attirer tout seul de jolis petits liens et de nombreux partages sur les réseaux), vous devriez ressortir en 1ère place.

Dans ce cas, Google va mettre en avant cette version dans son index, et faire pointer les liens non plus vers des contenus dupliqués de cette version, mais plutôt vers la vôtre.

Ouais ouais ouais. Lisez plutôt la suite.

 

Le test

Donc Dan Petrovic a voulu tester cela : il a utilisé 4 pages différentes et a voulu voir s’il pouvait s’approprier leur contenu en les replaçant sur une page de plus haut PR… et voir aussi s’il pouvait prendre ainsi leur place dans les SERPs.

Le résultat est sans appel :

  • Dans tous les cas, la page dupliquée ranke mieux que l’originale
  • Dans 3 cas sur 4, la page originale a été retirée des SERPs.

C’est sympa tout ça, non ?

Pour preuve, Dan a même réussi  à faire ranker Dejanseo devant Moz sur le mot-clé « rand fishkin » :

Rand Fishkin duplicate

En même temps il est connecté avec son propre profil, là, Dan

 

Du coup, que peut-on faire pour éviter de se faire voler son contenu ?

Bonne question… voici quelques éléments de réponses (mais bon, ça ne va pas nous nourrir beaucoup tout ça) :

  • Ajouter la balise rel=”canonical” à votre contenu
  • Liez vos pages internes entre elles
  • Ajoutez l’autorship à votre contenu
  • Checkez le duplicate régulièrement.

Et bon courage aussi

A l’attention des plagiaires

Ce n’est pas parce que vous pouvez le faire que vous devez le faire.

Sans parler de l’aspect éthique et/ou légal, notez que :

  • Dejanseo.com.au a reçu un warning dans la Search Console
  • Certaines pages tests du site ont été supprimées des SERPs, suite à ce test sur le duplicate (ils ont dû les supprimer pour ne plus avoir ce problème).
dejanseo pb duplicate- search console

Warning dans la Search Console…

 

Et pour la peine, je vous recommande d’aller lire l’article de Sylvain d’Axenet sur le festival de la mauvaise fois des plagiaires, il est pas mal : http://blog.axe-net.fr/festival-mauvaise-foi-plagiaire/

 

5- La 1ère position n’est plus la meilleure

Ah bon ? Et c’est laquelle alors ?

Ici, il va être question de mesurer l’impact des « contenus enrichis » (Rich Answers) à vos questions.

Par exemple :

exemple de réponse enrichie

Voici un carrousel proposé par Google suite à une recherche sur les fuseaux horaires en Australie

 

Il y a tout un tas de variations possibles sur les contenus enrichis (on peut en voir plusieurs exemples par ici).

L’étude menée

855 243 requêtes sont analysée en décembre 2014. Et de nouveau en juillet 2015, soit 7 mois plus tard.

Les contenus enrichis étaient affichés :

  • dans 22,6% des cas au début du test
  • dans 31,2% des cas 7 mois plus tard.

 

augmentation contenu enrichis

 

Soit une augmentation très rapide : on est bien lien des SERPs avec uniquement 10 liens bleus 😉

 

Le changement d’apparence dans les SERPs

En 2014, les sites en 1ère position généraient plus du double de clics que ceux en 2ème place.

Mais avec l’apparition du contenu enrichi, la donne a changé : le « Numéro 1 » descend de plus en plus dans les résultats, et le taux de clics descend avec lui.

Comment les contenus enrichis affectent exactement le CTR ? Il n’y a pas d’étude à ce sujet, néanmoins il est clair que cela affecte énormément le trafic :

impact contenu enrichi trafic

Exemple sur le site de Confluent forms

 

Et n’oubliez pas que le contenu enrichi tend à répondre à une question posée sur les moteurs de recherche.

Comment l’utiliser ?

La meilleure façon de l’obtenir est de réellement répondre à une question.

Quelques conseils :

  • Identifiez la question
  • Répondez-y de façon claire et simple (pour les visiteurs comme pour les robots)
  • Apportez de la valeur ajoutée
  • Faites en sorte qu’elle soit facile d’accès

Bon… enfin, c’est principalement du bon sens, là.

 

 

6- Le HTTPS pourrait faire baisser votre ranking, en fait…

Alors voilà, le message à la base c’était :

« Rendez votre site web sûr, passez-le en HTTPS ! »

Les sites web qui utilisent le protocole https sont plus sécures, ils devraient donc profiter d’une aide au ranking par Google.

 

Mais en fait non. Pas du tout.

Voici le résultat d’une étude menée sur 50 000 mots-clés et 218 000 domaines différents. Sur ceux-ci, seuls 630 (soit 0,3%) sont passés au https.

 

ranking suite au passage en https

ranking suite au passage en https

 

Et en fait…on voit ici qu’ils ont perdu en terme de positionnement.

Par la suite, ils ont lentement retrouvé leurs positions, mais la morale de l’histoire c’est qu’il n’y a clairement pas de bénéfice en terme de ranking à passer en https.

Ce serait même plutôt l’inverse.

 

Du coup, sauf en cas de nécessité, il est plutôt conseillé de rester plutôt en http  🙂

 

 

7- Le Robots.txt NoIndex ne fonctionne pas (enfin pas toujours)

Le test : 12 sites mettent la directive NoIndex dans leur fichier Robots.txt pour un certain nombre de pages donné. Les pages existaient déjà dans l’index de Google au début du test.

On regarde après la mise en place du test si les pages sont toujours indexées (test à lire ici : https://www.stonetemple.com/does-google-respect-robots-txt-noindex-and-should-you-use-it/).

 

Rappel : Pour empêcher une page d’être indexée, une pratique courante est de mettre une directive « NoIndex » dans le fichier Robots.txt. Ainsi, lorsque les robots viennent crawler la page, ils suppriment – en théorie – la page de l’index.

A ne pas confondre avec la balise méta Robots Noindex, qui se place dans le header de la page :

 

robots-noindex

Code dans le header de la page

 

Faites attention si vous mettez cette directive à ne pas interdire en parallèle le crawl de la page dans le fichier Robots.txt, sinon le moteur ne pourra pas aller voir la directive (et donc ça ne fonctionnera pas).

 

La directive « NoIndex » placée elle dans le fichier Robots.txt du site, doit stopper l’indexation (vous pouvez aussi stopper le crawl en ajoutant un « Disallow ») :

  • Disallow: /page1/
  • Noindex: /page1/

Attention, dans ce cas, votre page ne pourra plus transmettre son PageRank aux autres pages (puisque le crawl est bloqué, le moteur ne verra pas les liens de votre page).

Les résultats du test

Suite à la mise en place du fichier robots.txt, 11 des 12 pages ont bien été retirées, et ce à une vitesse variable.

 

suppression pages index vie robotst.xt

Vitesse à laquelle les pages sont supprimées de l’index

 

 

A la fin du test, une dernière page est restée indexée.

accès page malgré robots.txt

Et pourtant le fichier Robots.txt est crawlé… et la page aussi !

 

 

Donc, en résumé, cette technique, vous l’aurez compris, est lente et moyennement fonctionnelle. Donc, utilisez-là lorsque vous n’avez pas besoin d’une suppression à 100% fiable.

 

 

8- Les liens avec des ancres sont en exact match sont toujours plus puissants que les autres liens

Ici, on nous rappelle que faire trop de lien avec une ancre en exact match, c’est le mal (trop de liens disant la même chose ne seraient pas naturels et pourraient amener une pénalité).

Voici un profil de liens varié (chez seosherpa.com) :

majestic seo ancre lien

Profil de liens varié

 

Ici, la majorité des liens ont pour ancre la marque du domaine (seo sherpa).

 

Le test

Via 3 différentes expérimentations, Rand Fishkin a voulu tester l’impact de l’ajout de 20 liens, dans un cas avec des ancres en exact match, et dans l’autre avec des ancres génériques.

Le test est réalisé sur un mot-clé en 3 mots, assez peu compétitif et stable dans les SERPs. Les 20 liens proviennent de sites à forte autorité, dans des thématiques différentes de celles des sites A et B.

 

Dans tous les cas, le ranking des pages a été amélioré significativement.

 

avant test exact match

Avant le test, les pages rankaient respectivement en postion 20 et 14

 

  • Le site A a reçu 20 liens avec des ancres en exact match
  • Le site B a reçu les mêmes 20 liens avec des ancres génériques

 

apres test exact match

16 jours après le test, le site A a bondi en position 1 (+19), et le site B en position 9 (+5)

 

Donc résultat : oui, les liens avec des ancres en exact match sont toujours beaucoup plus puissants que les autres

L’histoire ne dit pas ce qu’il advient des sites par la suite…

 

 

 

 

Et ce sera tout pour aujourd’hui. J’espère que ça vous aura intéressé aussi ?

Notamment les 3 premiers tests, que je trouve particulièrement pertinents, personnellement.

Dites-moi ce que vous en pensez ?

 

 

Il reste encore 8 autres expériences issues de l’article original : si vous êtes sages, ce sera pour une autre fois 😉

++

 

Edit du 27 mai 2016 : Youpi, la suite existe enfin, elle est ici : http://www.numastickwebfactory.fr/8-autres-experiences-seo-changeront-vie-de-referenceur/ 

 

 

 

28 Commentaires

  1. Jarvik says:

    Très intéressant. Merci pour cette adaptation en français.

    J’aime beaucoup la « leçon » du mobilegeddon en trois temps :
    1. « Oulala grosse panique, il faut tous passer compatible mobile sinon notre site va être pénalisé »
    2. Ah bah non en fait, c’était encore du pipo de Google
    3. Ah bah si.

    Ca illustre bien l’effet moutonnier qu’il peut y avoir parfois dans le SEO

    Sinon, maintenant, on est tous très très sages 😉

    • Emmanuelle says:

      Je t’en prie 😉
      Oui, moi aussi je l’aime bien celle-là !
      En même temps, je ne suis pas contre un petit coup de pression à ceux qui ne sont pas encore passés au mobile friendly 😉

      Et donc, tu voudrais la suite, c’est ça ^^ ?

  2. Simon Deboeuf says:

    Article très explicite qui confirme quelques expériences qui confirment des observations que j’avais faites (expérience 2,4 et 6). Merci je partage pour nos amis francophone.

    • Emmanuelle says:

      Avec plaisir 😉

  3. Jarvik says:

    >> Et donc, tu voudrais la suite, c’est ça ^^ ?

    Oui pour demain si possible 😉

    • Emmanuelle says:

      C’est noté.
      Par contre, faudra que tu m’expliques à l’occase comment tu postes tes commentaires, toi, si tu veux bien (c’est très bizarre) ?

  4. Arthur says:

    Super article, merci beaucoup !
    (Oui même pas de lien, c’est sincère ;)). Je t’ajoute à mes flux RSS !

    • Emmanuelle says:

      Rohhh, mais c’est gentil ça !
      Mais fais-toi plaiz, hein, y’a pas de raison 😉

  5. François says:

    Très bel article, merci de l’avoir traduit 🙂
    L’expérience 8 est particulièrement intéressante et peut être appliquer pour les sites d’événements (éphémères, donc peu sujet à une pénalité).
    Je t’ajoute également à mes flux 🙂

    • Emmanuelle says:

      Mais je t’en prie 😉
      Par contre, suis pas trop convaincue par ton argument pour les sites d’événements…

  6. Jarvik says:

    @Emmanuelle : euh.. qu’est ce qui est bizarre ?

    • Emmanuelle says:

      Ben en fait, je ne suis pas notifiée quand tu postes.
      Rien du tout.
      C’est étrange, non ?

  7. Chouchou et Loulou, les flammes jumelles says:

    Merci pour ces tests très complets et très enrichissants. Il est toujours bon d’avoir un retour d’expérience concret.

    Décrypter le SEO aujourd’hui n’est pas toujours facile…

    • Emmanuelle says:

      Avec plaisir, mais c’est pas de moi, hein…. 🙂

  8. seo rennes says:

    Salut Madame Duck,
    Sincèrement, des articles comme celui ci, j’en veux bien tous les jours. Alors oui, Emmanuelle, j’attends la suite avec impatience.

    La traduction est une bonne idée, car on est quand même nombreux à galérer avec l’anglais.

    Je tente l’ancre exact pour signer mon com tiens, mais ce n’est que dans un esprit de test bien entendu.

    A+
    Ledzep_56

    • Emmanuelle says:

      Merci m’sieur 🙂
      Franchement, sur certaines expériences, j’ai pas mal galéré parce qu’ils faisaient des raccourcis un peu étonnants dans l’article original (qui est déjà un résumé en fait).
      Obligée d’aller se faire l’expérience originale… ‘fin bref, ça prend du temps tout ça ^^

      Bon je ferai au mieux, promis.

      Ps : pour l’ancre en exact match, je pense quand même que c’est pas le meilleur endroit pour la placer en fait, mais bon…
      Tu nous diras ? 🙂

  9. Resolution Web says:

    Franchement Emmanuelle çà faisait longtemps que je n’avais pas lu un article aussi intéressant, sans vouloir faire mon léche.
    Les 3 premiers points sont vraiment intéressants et notamment le 3ème m’interpelle!
    J’avais eu connaissance de çà sans toutefois avoir pu le vérifier, celà confirme mes interrogations.
    Merci, joyeuses pâques!
    Ps: tu peux retirer mon lien dans 1 mois 😉

    • Emmanuelle says:

      Mais avec plaisir 🙂
      Et pour tester la réminiscence du lien, ce serait peut-être mieux d’en avoir un intext, non ?

  10. regis says:

    Dans ce cas, je veux bien tester doublement aussi avec un lien in text ancré à l’occasion 😉
    #perdpaslenord

    • Emmanuelle says:

      Bah oui, j’comprends.
      Il ne te reste plus qu’à me faire l’article autour 🙂

  11. Agence web Microproxy says:

    Bien sympa cette traduction, cela permet d’avoir de bonnes infos.
    Comme beaucoup, les trois premiers points m’inpressionnent, mais dans l’ensemble, lire des articles de ce genre, ça donne envie de ne pas s’endormir sur ses lauriers et ça, c’est toujours bon !
    Vivement les 8 prochains !

    • Emmanuelle says:

      Héhé, merci pour ce commentaire !
      Ecoute, je vais faire de mon mieux pour faire une suite, promis 😉

  12. Régis says:

    @Emmanuelle

    quoi, le no follow sur un commentaire de blog parmi tant d’autre ça va rien m’apporter ?
    c’est con, je croyais tenir la perle rare…

    • Emmanuelle says:

      Ah-ha !
      Pour ça il faudra lire une des 8 autres expériences.
      Mais quel beau teasing je fais ^^

  13. Yohann says:

    Le nombre de liens sortants sur la page compte : une page avec 1 seul lien externe vs une page avec 100 liens externes n’apporte pas la même valeur

    • Emmanuelle says:

      Heu… oui, certes, merci Yohann 🙂
      Mais pourquoi dis-tu ça d’un coup ?

    • Régis says:

      il fallait que ce soit dit ! lol

    • Emmanuelle says:

      Bon, bon, pas de problème alors : c’est dit 😉

Trackbacks/Pingbacks

  1. 8 autres expériences SEO (linking, ancre, NSEO): pour référenceur - […] La première partie, si vous ne l’aviez pas vue, est accessible ici : 8 expériences SEO qui changeront le cours…

Laissez-moi un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *