SEO et vie personnelle : une équation compliquée ?

Ceux qui m’auront croisée auront pu constater que cela fait partie de mes préoccupations du moment : réussir à concilier SEO et vie perso…

 

SEO et vie perso

Alors… ça c’est l’illustration du SEO et de la vie perso qui part à l’égout…
Clair comme de l’eau de roche, non ?

 

Pour avoir croisé quelques SEO au cours de soirées bien sympathiques, ou pour en lire régulièrement sur Internet, le constat semble être toujours le même : il est ardu de concilier ce métier avec une vie perso équilibrée…

Pourquoi et surtout comment faire pour y pallier ?

 

Le SEO, un métier à part ?

Serait-ce le métier qui est à l’origine de ce questionnement ?

En même temps, si l’on regarde les Traders et autres financiers, par exemple, il semble qu’ils ont eux aussi tout intérêt à rester très à l’écoute des évolutions de leur marché.

Donc non, selon moi, ce n’est pas la veille inhérente au métier du SEO qui peut être ici mise en cause.
Alors de quoi parle-t-on ?

 

Le SEO, un métier jeune ?

Jeune, jeune… ‘faudait voir à pas trop pousser quand même !

Si j’en juge par l’excellent Olivier Andrieu – le Pape du référencement pour certains – ce métier n’est vraiment pas né d’hier.

Mais en effet, la communauté grandissante des afficionados du SEO ne peut se targuer d’avoir un recul important sur les phénomènes qui secouent régulièrement le Web (Pandi-Panda et autres manigances de Google).

 

Le SEO, un métier de passionnés ?

Là par contre, ça semble une évidence : tous ceux que j’ai pu écouter, lire ou entendre sur le sujet sont, chacun à leur façon, des SEO addicts, de vrais passionnés.

Qu’ils soient webmasters, rédacteurs Web, purs SEO players, possesseurs de sites ou autres _ la liste est longue ! _ tous ceux qui s’y intéressent de près m’ont réellement semblé pris d’une soif inextinguible de connaissance dans le domaine.

J’ai peut-être tort (n’hésitez pas à me le faire savoir ?)… mais c’est en tout cas cette impression-là qui m’a semblée franchement déterminante.

 

Le SEO et la vie de famille, en quoi cela devrait-il être compliqué ?

Tout ça pour dire que, comme toute passion, quelque chose qui vous happe à ce point peut finir par devenir dangereux pour soi, à terme.

Et oui, oui, je pèse mes mots, dangereux.

En effet, à ne prioriser que cette partie de vous-même _celle qui s’éclate à checker ses positions et à créer des backlinks, par exemple_ , vous étoufferez certainement une autre partie de vous qui aimerait peut-être boire un verre avec des amis ou faire un foot avec les enfants.

Après, à trop brûler la bougie par les 2 bouts, ne rêvons pas c’est le burnout assuré.

Sur un fameux forum SEO, un certain LittleBuzz m’a dit :

« C’est très simple : tu es rigoureuse en SEO sinon ça donne rien, on est d’accord ?
Ben tu fais la même chose sur ton temps de travail. Tu verras très vite que tu en feras plus et mieux en moins de temps. Et que sur ton temps « libre » tu trouveras beaucoup plus d’idées…. » (à lire en live)

Bien que je savais pertinemment qu’il avait raison, je n’ai absolument pas mis ses conseils en application. Et quelques temps plus tard, complèment coincée du dos (le mal du siècle), je devais bien rendre les armes et prendre du repos.

Au début, une seule idée en tête : checker mes mails, ma Timeline, mon FB… que sais-je ? Et puis, pour une fois, j’ai fini par lâcher prise, aidée en cela par de puissants médicaments, j’avoue.

Et bien, croyez-le ou non, après ces quelques jours d’arrêt forcé, je me suis sentie regénérée et l’esprit bien plus clair : les solutions venaient plus facilement et les bugs se résolvaient dans le calme et la sérénité (si, si).

Bref, une seule solution pour moi : essayer de combiner suffisamment de SEO pour ne pas me sentir ni en manque ni trop à la ramasse, avec une dose juste de vie perso afin d’exister là aussi. Trouver ce milieu juste n’est pas seulement nécessaire en ce qui me concerne, c’est vital.

L’explication du Duck
En gros, l’idée est la suivante : si vous ne réussissez pas à rester bien accroché à vos valeurs, vous risquez de partir, comme le Duck en détresse, à l’égoût.

 

Et vous, le SEO, vous le vivez comment ?

Bon, ok, sans doute aucune révélation transcendentale par ici.

Déjà parce qu’on est tous différents et _ à l’instar du référencement effectué pour une boîte lambda _ ce qui marche pour Pierre ne fonctionnera peut-être pas chez Paul.

Mais au moins, pour mon cas personnel, j’ai une bonne idée de la direction à prendre pour essayer de progresser.

D’ailleurs, il existe des outils bien pensés pour vous aider à automatiser ou faciliter certaines tâches (par exemple Summify sur Twitter qu’un certain Jambonbuzz m’a fait découvrir).

 

Et vous ? Comment faites-vous ?

Avez-vous des techniques magiques – ou pas – de veille SEO à faire partager ?

 

38 Commentaires

  1. SEO Factory Girl says:

    Moi je privilégie toujours la boisson, en plus ça fait pas mal au dos et ça fait oublier les problèmes. Chacun ses passions, quoi.

  2. percevalSEO says:

    Dans la vie il y a un temps pour tout : travailler, s'amuser, dormir, boire… j'arrête je croirais entendre mon père ! Sinon on peut savoir comment tu t'es bloquée le dos ? Ca a un rapport avec les ducks ? 🙂

  3. webmarketing says:

    Moi je privilégie le café et le coca, ça m'aide à oublier un peu que je suis entrain de faire du seo (parfois). Si non, je mets en place des "google alertes" sur labs.ebuzzing, j'organise ma veille, j'ai un super meta moteur moteur copernic agent pro qui gère efficacement 😉

  4. Angkor says:

    C'est une question de personne, mais aussi de secteur et le seo n'est pas forcement le pire ! l'équation est par exemple moins compliqué quand on viens du monde du dév ! des heures et des heures de codes … ou on ne veut jamais lacher le clavier.

  5. Aymeric says:

    Moi je suis d'accord avec SEO Factory Girl^^ mais avec modération:-)
    C'est surtout la veille qui est chronophage, et l'expérimentation car il faut toujours, tester, tester, tester… Notre métier n'est pas une science exacte. Ouaah le débat s'élève vachement là :p

  6. Sébastien Billard says:

    En fait j'ai plus l'impression qu'il est question ici d'hygiène de vie que de SEO. Car peu importe le métier au final, ce qui est important est de savoir compartimenter / décrocher ce qui est de moins en moins le cas dans nos sociétés. On fait tout à la fois et rien à fond en même temps 🙂

  7. Gwaradenn says:

    En fait ce n'est pas un problème, comme le disent très bien percevalSEO et Sébastien Billard, il est plus question de vie personnel, que de référencement, bien que pour la plupart d'entre-nous, il s'agit d'une passion.

  8. Graphiste says:

    Tellement vrai, le SEO, c'est 24/24 et 7j/7 😉 et les jours fériés !

  9. Consultant SEO says:

    La clé de la recette tient parfois à notre capacité à savoir laisser mijoter ! 😉

  10. sous location says:

    Pour être clair quand j'ai lu ton article j'ai eu l'impression que je l'avais écrit, il m'est arrivé exactement la même chose au mal de dos comprit.
    La seule différence c'est que pour le moment j'ai réussi à décrocher de la cigarette parce qu'elle me faisait perdre du temps pour faire des backlinks mais j'ai pas encore réussi à prendre du recul et décrocher du SEO un peu au moins…

  11. Jambonbuzz says:

    Je ne saurais te conseiller la lecture du bouquin "la semaine de 4 heures". Contrairement aux imbéciles qui ne captent pas qu'il ne s'agit d'une formule magique pour faire fortune, il explique un concept très intéressant qui est de laisser tomber 80% de choses qui te prennent du temps pour te consacrer sur 20% du temps qui rapporte le plus d'argent. Evidemment, cette loi de Pareto appliqué au travail est à prendre avec des pincettes, parfois le curseur est à mettre à 60-40 ou 50-50. Une chose est sur, c'est qu'une presta de référencement est souvent tellement floue qu'il est difficile de connaitre sa limite. A toi de la poser et de te l'imposer.
    Bonnes fêtes de fin d'année 😉

  12. percevalSEO says:

    @JambonBuzz carrément vrai 🙂 C'est d'ailleurs ce que l'on enseigne en gestion de projet. Après c'est vrai qu'il est souvent difficile de définir le %.

  13. Forum référencement says:

    Quand je me suis lancé sur le net et que j'ai découvert les sites internet, le SEO… j'étais tout le temps dessus. Après quelques années on apprend à se détacher de l'ordinateur et à avoir une vie normal: travailler le jour et non la nuit.

  14. stage en entreprise says:

    Il faut savoir distinguer SEO en tant que "hobby" et SEO en tant que "métier". Pour ma part, le SEO pro se limite généralement aux heures de bureau. Pour ce qui est de la partie "hobby" (sur mes sites perso, par exemple), il suffit de se fixer des limites ou d'étaler les projets dans le temps si l'on veut préserver sa vie perso… ce qui n'empêche pas de consulter chaque jour ses stats, de faire un suivi de positions… et quelques modifs par ci, par là 😉

  15. agence web marketing says:

    Le SEO ou le web marketing étant en constante évolution, notre métier s'apparente à un métier de chercheur permanent, d'ingénieur de bureau d'étude, d'industrilalisateur, de formateur auprès des clients. Tout cela est très chronophage, et demande une excellente gestion du temps.

  16. Affiliation rencontre says:

    La frontière entre SEO et vie privée dépend souvent de sa situation professionnelle. Les SEO qui bossent pour les autres la journée sont aussi nombreux à bosser pour eux le soir.

  17. 512banque says:

    Automatisation extrême + sous-traitance de qualité = vie de famille possible.
    🙂

  18. image et histoire says:

    le seo un métier de passionnés qui ont le souffle long très long parfois :))

  19. Le juge says:

    Ma technique pour ne pas me faire bouffer par le SEO dans ma vie privée… et bien je suis employé deja – j'ai un telephone et pas un smartphone et la technique Ultime c'est ma femme qui m'aura baffé la tronche bien avant que je passe tout mon temps sur le SEO.

  20. Thierry says:

    SEO et vie perso : une équation compliquée ? Pour y répondre, il faut réfléchir à cette autre question : Vit-on pour travailler ou on travaille pour vivre ?

  21. Learn french says:

    Moi ce que j'aime dans ce métier c'est que la créativité paye Mais c'est vrai que c'est aussi une vraie passion 🙂

  22. Troll Face says:

    Moi le Seo c'est tellement passionnant que j'en oublie parfois les invités. C'est vrai que beaucoup de mes amis ralent à cause de ça donc j'avoue que c'est une vie compliquée (perso) que l'on mène avec métier. Vive le café, les cocas et les pizzas.

  23. Livret d'épargne says:

    Le SEO ça paye bien et c'est l'essentiel !

  24. Emmanuelle says:

    @Livret d'épargne : Ah oui ? raconte un peu ?

  25. Livret d'épargne says:

    Audit + recherche sémantique + netlinking = 20 000 euros !
    C'est la presta la plus chère que j'ai jamais vendue.

  26. Emmanuelle says:

    @SEO Factory Girl : C'est sûr, pas mal au dos… au crâne parfois, peut-être ?

    @persevalSEO : Ben écoute… absolument, les Ducks y sont pour beaucoup ! Mais je peux pas en dire plus, là…

    @webmarketing : un meta moteur ? ça marche bien ce truc-là ?

  27. Emmanuelle says:

    @Le Juge : Voilà, c'est ça : il me faut faudrait une femme en fait !
    @Thierry : En voilà une question qu'elle est bonne ! Et toi, tu dirais quoi ?

  28. Emmanuelle says:

    @image et histoire : Oui… encore que certains par ici pourraient sans doute nuancer…

  29. Emmanuelle says:

    @Affiliation rencontre @512banque : Désolée pour le retard, ma vie perso a enfin pris le dessus…

    @Affiliation rencontre : Suis assez d'accord, d'ailleurs je viens d'en faire la parfaite démonstration.

    @512banque : Oui, certes. Sauf que ça demande une énergie dingue pour obtenir la qualité escomptée (et pour les casse-c. comme moi, c'est encore pire).

  30. Emmanuelle says:

    @stage en entreprise :
    Ben oui… je bloque juste un peu sur le "il suffit de"…
    @agence web marketing :
    Certes, mais c'est le cas d'autres métiers également (je citais les financiers au début de l'article, par exemple).
    J'essayais de faire ressortir ici le côté passionnel de l'attachement du SEO à son métier… hum…

  31. Emmanuelle says:

    Merci à tous d’être passés par ici, je vous souhaite une excellente année 2012 !

    @Learn french : La créativité ? Tu pourrais développer ?
    @Angkor : Oui, le secteur n’est pas forcément en cause (c’est pour ça que je commençais par parler des métiers de Traders ou autres…).
    @Aymeric : Oui, tout à fait d’accord… en même temps les fondamentaux n’évoluent pas d’un jour à l’autre sauf erreur de ma part, ça laisse un peu de marge de manœuvre quand même, non ?
    @Sébastien Billard / @Gwaradenn : Oui, tout à fait d’accord avec vous. Je mettais juste en avant le fait que je n’avais jamais rencontré autant de gens passionnés par leur métier… il semble que ceux qui arrivent là le sont par choix et non par nécessité. Mais je peux me tromper (quelques contre-exemples semblent peu à peu se manifester par ailleurs…).
    @Graphiste : Ben en voilà un bon exemple de passionné !
    @Prenez des vacances : Ah bon ? Moi je me voyais bien sauver le monde pourtant…
    @Consultant SEO : Ah oui, la patience… tout à fait vrai !
    @sous location : Ah… ben, j’ai une super adresse d’ostéo si tu veux… sinon, bien pour la cigarette, c’est peut-être un bon début de désintoxe ?
    @Jambonbuzz / @persevalSEO : Ben j’ai lu tellement de critiques moisies sur ce livre que ça ne me donne pas vraiment envie… en même temps, ça me changerait peut-être de la collection Harlequin ?
    @Forum référencement : C’est plus l’obsession que le travail de nuit qui m’inquiète dans mon cas, mais bon… reparlons-en dans 2-3 ans alors ?

  32. Emmanuelle says:

    @Livret d'épargne : et ça t'occupe combien de ton temps ?

  33. Expert en referencement says:

    Il ne faut pas rêver: métier passion + évolutions constantes + conscience professionnelle + détermination = beaucoup de temps passé.

    Comme l'explique Kévin, la solution c'est de mettre en place une structure, de la former et de la contrôler pour avoir le niveau de qualité que l'on souhaite. Certes, ce ne sera sans doute pas aussi parfait que si on avait tout fait soi-même, mais il vaut mieux abattre 20 fois plus de travail à 90% de la qualité parfaite, c'est plus rentable et ça permet de prendre un peu de recul.

  34. Emmanuelle says:

    @Expert en referencement : Arf, certes… encore faut-il trouver les bons partenaires…

  35. Prenez des vacances says:

    Il ne faut pas oublier que notre metier est (en tres grande partie) de positionner un site sur des requetes de recherche. Nous ne sommes pas la pour sauver le monde (juste parfois la marge de l entreprise dans la quelle nius travaillons)

    Je suis passionné par mon metier mais cela n influence plus ma vie personnelle qui reste le plus important. Le seul point sur lequel cela a de l influence sont les actions extra professionnelles que chacun peut mener sur le Web (cybermilitantisme, …)

  36. 6buzz says:

    Perso c'est une addiction bien que je me sois calmé recemment. J'en venais à tellement y penser que derrière je n’avançais plus dans mon travail. 4 heures pour aller chercher les liens des concurrents sur ahrefs. Etude de position bref c'était devenu une routine…

  37. Teksty Podrywajace says:

    En fait ce n'est pas un problème, comme le disent très bien percevalSEO et Sébastien Billard, il est plus question de vie personnel, que de référencement, bien que pour la plupart d'entre-nous, il s'agit d'une passion.

  38. Emmanuelle says:

    @Teksty Podrywajace : Oui, absolument.
    (au fait, je n'ai pas mis de lien vers ton site polonais pour se trouver des copines… tu ne m'en voudras pas ?)

Trackbacks/Pingbacks

  1. Internet et la communication 2.0 - […] j’ai une vie compliquée, comme vous voyez […]

Laissez-moi un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *